Le cinéma de Tietie007.

Le cinéma de Tietie007.

Aventure


UN SECRET DES POIGNARDS VOLANTS EPOUSTOUFLANT.


Le secret des poignards volants, un film chinois, visuellement, époustouflant !

 



03/12/2017
0 Poster un commentaire

CONAN LE BARBARE DE JOHN MILIUS.

q

 

En 1982 sortait Conan le Barbare, de John Milius, avec un inconnu musculeux nommé Arnold Schwarzenegger. John Milius, réalisateur de l'épique Le lion et le vent, était surtout connu comme scénariste, notamment d'Apocalypse Now et de l'Inspecteur Harry. J'étais allé au cinéma Cézanne, à Aix-en-Provence, le voir avec un ami, à sa sortie en salle et nous avions été époustouflés par les exploits de Schwarzy qui découpait à la chaîne des barbares hirsutes !


 

Mais au-delà des périples du héros cimérien, Milius a eu l'idée de génie d'embaucher James Earl Jones, acteur surtout connu pour être la voix de Dark Vador, qui va génialement interpréter un Thulsa Doom diabolique,


 

guerrier impitoyable et gourou effrayant, accompagné par deux chevelus patibulaires. Le film sera l'histoire d'une vengeance, celle de Conan voulant occire l'assassin de sa mère, ce gnafron de Thulsa Doom sur la musique incroyable de Basil Poledouris, mélodie épique qui devint culte ! La scène d'ouverture du film est une des plus réussie que j'ai jamais vue ! Enjoy Riders of Doom !

 


 

 


28/01/2017
0 Poster un commentaire

LE VOYAGE FANTASTIQUE DE SINBAD.

 

Sorti en France en 1975, Le voyage fantastique de Sinbad, de Stuart Heisler, renoue avec le film d'aventure oriental, avec ses femmes enturbannées et ses magiciens maléfiques. Ce long-métrage que j'ai vu, enfant, à sa sortie en salle, m'avait ensorcelé avec ses effets spéciaux pilotés par Ray Harryhausen, qui pouvait faire revivre des statues, 

 


 

et des facétieux squelettes nous rappelant Jason et les Argonautes.

 


 

Et puis il y avait Sinbad, joué par l'altier John Philipp Law qui sauvait sa belle, interprétée par Caroline Munro, 

 


 

des griffes de ce maudit sorcier !

 



25/12/2016
0 Poster un commentaire

LE CAPITAN, LA TULIPE NOIRE ET NE NOUS FÂCHONS PAS.

Le Capitan.

 

Le Capitan, film d'André Hunebelle (1960), avec Jean Marais et Bourvil (qu'on retrouvait aussi dans Le Bossu) et La Tulipe Noire, de Christian Jaque, (1964) avec Alain Delon,

 

 

La Tulipe Noire.

 

sont les 2 films les plus diffusés à la TV, avec Ne nous fâchons pas, l'opus délirant de Georges Lautner, en 1966, avec Lino Ventura et Jean Lefebvre, avec 24 télédiffusions !

Le podium va certainement étonner les jeunes cinéphages, mais il ne faut pas oublier que ce classement commence en 1957, et que des films de cape et d'épée comme Le Capitan ou la Tulipe Noire faisaient la joie du public français, dans les années 60 et des téléspectateurs, dans les années 70 et 80. Jean Marais fut une immense star dans les années 50 et 60, homme d'action de l'époque, comme le fut Belmondo après, il conjuguait un charme ravageur avec une expressivité corporelle sans limite et il tourna dans de nombreux films d'action.

Pour Alain Delon, cette Tulipe est atypique dans sa carrière cinématographique, mais comme Fanfan la Tulipe, réalisé peu avant par le même Christian Jaque, et qui consacra, populairement parlant, Gérard Philippe, le film du genre cape et d'épée avait l'air d'un passage obligé, dans les années 60, pour populariser un acteur.

Quant à Ne nous fâchons pas, il est dans la lignée des Tontons Flingueurs, de Lautner, ce cinéma d'acteurs mis en paroles par la glose délirante et fleurie d'un Michel Audiard, génial dialoguiste qui n'a jamais été remplacé !

La suite du classement illustre la popularité d'un certain Jean Gabin, avec Le Pacha, en 5eme position, La traversée de Paris, en 9eme, ou de Fernandel, très populaire avec ses Don Camillo.

Par contre, depuis 2005, ce sont Les Charlots qui cartonnent dans le top 10 des films les plus diffusés, notamment sur la TNT ! Stars des années 70, Des  bidasses en folie à Bons baisers de Hong-Kong, le délirant groupe comique s'est étiolé au fil du temps remplacé par la bande du Splendid si inspirée dans Le père Noël est une ordure !

 

Un petit retour sur le cultissime Ne nous fâchons pas !



02/08/2015
2 Poster un commentaire

ANGELIQUE, MARQUISE DES ANGES.

 

En 1964, Angélique, marquise des anges, de Bernard Borderie, spécialiste des films de cape et d'épée, sortait sur les écrans. Le succès fut immédiat et les aventures de la Marquise, jouée par la plantureuse Michèle Mercier et de Joffrey de Peyrac, le "diable boiteux" interprété par Robert Hossein, furent reconduites 4 fois, jusqu'en 1968, avec Angélique et le Sultan, dernier opus de la série.

Régulièrement, tous les étés, une chaîne nous repasse toute la série, et le succès à l'audimat est toujours présent, ce qui surprenait Giuliano Gemma, l'acteur italien qui jouait Nicolas,

 


 

dans le premier et deuxième opus, plus connu pour ce rôle, en France, que son célèbre Ringo !

Il reste surtout cette mélodie composée par Michel Magne, qui hante encore nos mémoires, celui des amours impossibles entre l'indomptable Marquise et Joffrey le boiteux. Curiosité, les deux se retrouvèrent, en 1968, dans un western réalisé par Robert Hossein, "Une corde, un colt", avec un des scénaristes d'Il était une fois dans l'Ouest, Dario Argento comme co-scénariste,lqui n'est pas resté dans les mémoires.

 



03/05/2015
1 Poster un commentaire